Search our Site

MEDA Publications

MEDA has a great variety of publications that you can download and read! Click through our library to see what's available!


Search Publications

Associations Villageoises D'épargne et de Crédit (avec) du Nord du Ghana

Associations Villageoises D

Un meilleur accès aux services financiers

Le projet GROW a utilisé une combinaison de services financiers formels et informels pour répondre aux besoins de clientes ayant des besoins distincts dans des zones géographiques différentes. Certes, les clientes des zones périurbaines plus densément peuplées pouvaient avoir accès à des produits d’épargne et de crédit commerciaux. Mais pour les agricultrices moins scolarisées des zones rurales plus isolées4, les associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) se sont révélées être le meilleur moyen d’accéder aux services financiers et de développer la littératie financière. En proposant ces deux options, les femmes incapables d’obtenir immédiatement un prêt auprès d’un fournisseur de services financiers (FSF) pouvaient tout de même emprunter et épargner.

Pour les agricultrices, le projet GROW a permis d’assurer que les groupes puissent ouvrir un compte d’épargne avec un FSF partenaire après avoir accumulé suffisamment de fonds dans leur AVEC. Cette approche associe services financiers formels et informels afin de fournir : a) aux AVEC un lieu sûr pour épargner à mesure que le groupe gagne de l’argent, et b) aux membres du groupe la possibilité d’accéder à des produits d’épargne et de prêt commerciaux parallèlement à ceux proposés par l’AVEC. Le résultat pour beaucoup de membres d’AVEC était une solution hybride qui répondait à leurs besoins de services financiers.

Assistance Technique aux Prestataires de Services Financiers

Assistance Technique aux Prestataires de Services Financiers

Une infusion de capitaux en réponse à la demande

L’une des composantes du projet consistait à faciliter l’accès au financement et aux acteurs de la chaîne de valeur afin d’améliorer la performance des petites exploitations agricoles. MEDA a constaté que, pour ses partenaires fournisseurs de services financiers (FSF) — Tumu Credit Union (TCCU) et Sissala Rural Bank (SRB) — le manque de capital d’emprunt était l’une de leurs principales difficultés à satisfaire la demande du marché. Lors de nos recherches préliminaires, nous avons constaté que nos partenaires FSF, ainsi que d’autres FSF de la région, avaient besoin d’un soutien opérationnel pour accroître leur capacité et garantir leur utilisation efficace du capital.4 Au début du projet, le portefeuille de prêts à risque (PPR) des deux partenaires atteignait plus de 10 %5. Les deux institutions ont donc demandé un soutien pour mieux gérer les défauts de paiement, ainsi que les relations suivies avec les clients actuels. Pour combler ces lacunes en termes de capacité, MEDA a mis en oeuvre deux programmes de formation destinés à cinq FSF, y compris les deux principaux partenaires de GROW dans la région. Les cinq FSF étaient : TCCU, SRB, Mwintuur Microfinance Limited, Vision Fund et Nandom Rural Bank. Les formations touchaient les thèmes suivant : recouvrement collaboratif de créances (RCC), vente-conseil (VC) et expérience client (EC). Les deux dernières ont été livrées de façon concomitante.

Essai de L’assurance Récolte Auprès des Agricultrices

Essai de L’assurance Récolte Auprès des Agricultrices

Assurance-récolte et changement climatique

La majeure partie de la population du Haut Ghana occidental cultive le maïs et le soja. L’agriculture est la principale activité économique des femmes de la région. En raison de la variabilité des précipitations, les rendements des cultures sont devenus moins prévisibles. Cependant, très peu d’agriculteurs ont diversifié leurs moyens de subsistance, principalement en raison de l’éloignement et du caractère rural de la région.
La vulnérabilité de l’agriculture ghanéenne au changement climatique est due en grande partie à sa dépendance envers les précipitations, en particulier dans le nord semi-aride du pays, où GROW mène ses activités. Les changements climatiques vont probablement intensifier les variations pluviométriques, entraînant des sécheresses certaines années et des inondations dans d’autres. Étant donné que les agriculteurs prennent des décisions et investissent sur la base de précédents, ce manque d’uniformité dans les précipitations les rend particulièrement vulnérables à faire des choix de production médiocres dans un environnement incertain. L’assurance est un moyen d’atténuer ce risque et d’autres.

En coopération avec le Ghana Agricultural Insurance Pool (GAIP), le projet a adapté et proposé un régime d’assurance-récolte déjà existant aux femmes de GROW vivant dans des zones précédemment sous-desservies. Ce régime d’assurance protège de nombreux acteurs du marché, notamment les agricultrices, les entreprises de l’industrie agroalimentaire, les institutions financières et les fournisseurs d’intrants, en cas de mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques extrêmes telles que sécheresse, précipitations excessives ou inondations. En outre, l’accès à l’assurance signifie que ces agricultrices ont toujours un risque de crédit relativement faible. Ainsi, malgré les incertitudes liées aux précipitations, elles continuent d’avoir accès à des prêts pour soutenir leurs activités et les développer. Chacun de ces acteurs économiques oeuvre pour soutenir les autres et en dépend.

L’Agriculture de Conservation (version sommaire)

L’Agriculture de Conservation (version sommaire)

Qu’est-ce que l’agriculture de conservation ?

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture décrit l’agriculture de
conservation (AC) comme « une approche de la gestion des agroécosystèmes pour une
productivité améliorée et durable, une augmentation des profits et la sécurité alimentaire
tout en préservant et en améliorant la base de ressources et l’environnement ». En d’autres
termes, « l’AC est un concept qui tente de concilier écologie, économie et rendement
agricole. »